Tuesday, February 18, 2014

.VIN : « Nos AOC ne sont pas à vendre ! »

L’actualité sur la gouvernance mondiale de l’Internet sera particulièrement chargée cette semaine avec la rencontre à Paris mercredi 19 février entre Angela MERKEL et François HOLLANDE ainsi que la visite le vendredi 21 février à Paris de Fadi CHEHADE, président de l’ICANN. A cette occasion, le secteur du vin à travers la CNAOC a décidé d’interpeller les pouvoirs publics ainsi que les élus sur les dossiers « .vin » et « .wine ». Les producteurs de vins demandent aux pouvoirs publics de faire preuve de fermeté et d’envoyer un signal fort au président de l’ICANN. La question de la protection des appellations d’origine et des indications géographiques et plus largement celle du respect de la propriété intellectuelle est en effet posée à l’occasion de l’ouverture des noms de domaine sur Internet.

L’ouverture des noms de domaine décidée par l’ICANN soulève de nombreuses questions. Le secteur du vin à travers la CNAOC et sa fédération européenne EFOW (European Federation of Origin Wines) sont mobilisées depuis plusieurs mois et s’opposent à la délégation des « .vin » et « .wine ». En effet les sociétés candidates à l’exploitation de ces nouveaux noms de domaine ont annoncé leur intention de vendre aux enchères les noms de domaine de second niveau. Ainsi les noms de domaine comprenant les noms des AOC (ex www.champagne.vin; www.bordeaux.wine, www.cotesdurhone.vin etc.) pourraient être vendus aux plus offrants n’importe où à travers le monde. Les risques sont bien identifiés : tromperie du consommateur (vente de produits sans aucun lien avec l’appellation concernée), développement de la contrefaçon, cybersquatting et spéculation. Grâce aux actions engagées par la France et la Commission Européenne, l’ICANN n’a pas pris de décision pour l’instant. Cependant la pression exercée par certains gouvernements sur l’ICANN est de plus en plus forte. D’un côté les USA défendent un Internet libre et la délégation des « .vin » et « .wine » sans condition, de l’autre l’Union Européenne demande à l’ICANN de ne pas déléguer ces noms de domaine tant que des mesures de protection des AOC ne seront pas prévues. Il appartient maintenant aux dirigeants de l’ICANN de prendre une décision.

La CNAOC et sa fédération européenne EFOW profitent du déplacement à Paris le 21 février prochain du président de l’ICANN pour demander au gouvernement et au Parlement d’envoyer un signal fort à l’Institution en charge de la gestion d’Internet. « Le débat qui se pose avec les dossiers « .vin » et « .wine » est plus large que le débat sur la protection des indications géographiques et de la propriété intellectuelle. C’est un débat de société. C’est le débat de savoir quel internet nous voulons demain. Un internet respectueux des traditions et savoir-faire mais surtout des règles. Et un internet dont la gestion et le contrôle doivent être confiées à une autorité indépendante. Ou un internet où presque tout est permis et les seules règles décidées par quelques personnes ? Notre choix est fait et nous attendons de la France qu’elle fasse entendre la voix de notre secteur et plus largement de beaucoup de nos concitoyens » déclare Bernard FARGES, président de la CNAOC.

CentralNic Signs Agreement with Domain Venture Partners

CentralNic plc (AIM:CNIC), the internet platform business which derives revenues from the worldwide sale of internet domain names, today announces that it has signed an agreement (“agreement”) with Domain Venture Partners’ new investment fund, DVP II, whereby the Company has been selected to be the registry service provider for certain registries acquired by DVP II; meaning that CentralNic’s platform will be used to enable their domain names to be purchased through domain name retailers (“registrars”) worldwide.

Domain Venture Partners (“DVP”) recently launched DVP II as an investment fund, with a target size of US$400 million, to acquire Top-Level Domain registries, some of which are already live.

DVP (through DVP I) invested in 60 companies which applied for licenses to operate generic TLD registries, and has become one of the largest registry operator groups.

Commenting on the agreement between CentralNic and DVP II, Ben Crawford, CEO of CentralNic said: “This presents a fantastic new opportunity for CentralNic, and we are delighted to be working with the market leading professionals within the banking, legal and technology fields that support DVP II. This agreement not only fits well with our stated strategy to increase the inventory of Top-Level Domains carried by our platform, but also confirms CentralNic’s position as market leader in providing registry services. In addition to the potential to accelerate top-line and bottom-line growth for CentralNic, our experience and expertise in promoting registries will complement Domain Venture Partners’ already formidable Sales and Marketing capability. We look forward to working with the team at DVP II as both companies seek to expand our presence in the market.”

“CentralNic is an organisation that shares our passion to develop and transform the global domain name market place”, said Charles Melvin, Chief Operating Officer at Domain Venture Partners. “We are delighted to welcome CentralNic as a preferred technology back-end provider. We have been impressed by CentralNic’s experience in operating successful registry back-end services as well as its proven ability to market and help distribute domain names in a strategic and creative manner.”

For further information:

CentralNic Group plc
Ben Crawford (CEO) +44 (0) 203 388 0600

Domain Venture Partners
Charles Melvin (COO) +350 216 50000

Zeus Capital
Ross Andrews / Nick Cowles ( Corporate Finance) +44 (0) 161 831 1512
John Goold (Institutional Sales) +44 (0) 207 533 7716

Abchurch Communications
Joanne Shears / Olivia Stuart Taylor +44 (0) 20 7398 7709

Register your Trademark using an agent.